Lire en anglais

Vous l’avez certainement déjà souvent entendu : lire en anglais est une des meilleures façons d’améliorer son niveau de langue par soi-même. Complété par du visionnage de films en version originale, par des discussions avec des anglophones ou encore par l’écoute de chansons, le résultat est garanti !

Oui, mais comment lire en anglais ? Par quels livres commencer, est-ce qu’il faut plutôt se tourner vers des ouvrages spécialisés ou est-ce que des livres non simplifiés peuvent convenir aussi ? Est-ce qu’utiliser un dictionnaire est obligatoire ?

Ce sont des questions que je me suis posées quand j’ai commencé à vouloir lire en anglais… Maintenant, quelques années plus tard, je vais tenter de regrouper les réponses que j’y ai trouvées en dix petites astuces pour lire en anglais !

Bien sûr, même si cet article est écrit plus particulièrement pour l’anglais, vous pouvez suivre les mêmes conseils si vous voulez perfectionner votre allemand, votre espagnol ou votre japonais…

Évaluez votre niveau de langue

Cela peut paraître très logique, mais évaluer votre niveau de langue concret est la première étape à suivre si vous voulez vous lancer dans une lecture en anglais. Vous ne lirez pas les mêmes livres si vous êtes un débutant ou si vous avez déjà quelques années d’apprentissage derrière vous. Pour ceci, je vous conseille de vous référer au tableau de niveau de langue européen, qui compte six niveaux (A1, A2, B1, B2, C1, C2). Vous pouvez avoir une première idée en lisant la description de chaque niveau et en vous plaçant dans une des catégories. Le mieux est cependant de passer un test pour avoir une idée plus précise. Il y en a beaucoup disponibles sur Internet, gratuitement, et si vous voulez avoir une bonne correction et un test avec des résultats plus précis, vous pouvez en passer dans certains instituts de langue (souvent, ils sont payants).

Attention à ne pas vous surestimer ou vous sous-estimer. Les deux sont dangereux : en vous surestimant, vous risquez de vous retrouver en difficulté avec un livre pas adapté à votre niveau, et, en vous sous-estimant, vous risquez de vous ennuyer. Rappelez-vous aussi que trois années de lycée ne garantissent pas forcément un niveau donné. Certains étudiants travaillent plus à côté que d’autre, certains ont plus de facilités et vont atteindre plus rapidement un niveau plus haut.

En bref, essayez de prendre le temps de passer des tests pour vraiment savoir où vous en êtes et pour pouvoir commencer la lecture d’un bon pied !

Jetez un oeil aux livres spécialisés

Aujourd’hui, il existe beaucoup de maisons d’édition qui proposent des livres, plus ou moins épais, proposant de vous aider dans vos débuts dans une nouvelle langue.

Je vais les classer sous deux catégories : les ouvrages simplifiés et les ouvrages bilingues.

Les ouvrages simplifiés sont ceux qui m’ont le plus convenu à mes débuts et que j’aurais donc tendance à recommander. Le principe est simple : on vous propose un texte, soit abrégé et simplifié pour s’adapter à votre niveau, soit en version originale avec des notes de bas de page pour les mots les plus compliqués.

Pearson English Readers (autrefois Penguin Readers) propose une collection assez large, avec six niveaux différents, ainsi que des livres spécialement pour les plus jeimage3unes lecteurs. Des tests sont disponibles sur leur site pour être certain de choisir le bon niveau. Leur catalogue va des grands classiques (Pride and Prejudice, The War of the Worlds, Of Mice and Men, …) à des titres un peu plus contemporains (Jurassic Park, Pirates of the Caribbean, Love Actually, …) en passant par certaines biographies telles que celles de Barack Obama ou Michael Jordan. Pour les enfants, ils proposent des livres des grands Disney et Pixar, comme Up, Lilo and Stitch ou Toy Story. La plupart de leurs livres sont proposés avec un CD audio intégré, pour pouvoir écouter la prononciation en même temps. Il y a généralement un petit «questionnaire» à la fin, pour approfondir la lecture.

Macmillan Readers partage également ce genre de livres, avec ou sans CD inclus. En plus de ça, la maison d’édition propose des recueils d’histoires sur un même thème (animaux, crimes, nourriture, …) ainsi que certaines biographies.

Finalement, image2je mentionnerais aussi la maison d’édition Klett et ses livres plus «épais». C’est avec cette collection que nous avons pu étudier The Great Gatsby, Slumdog Millionaire et Lord of the Flies pendant mes années lycée : elle propose les textes en version originale,
mais avec des notes de bas de page pour les mots compliqués, en donnant une définition. Le seul problème est que, parfois – rarement, mais il faut quand même le mentionner – au lieu des définitions, elle donne les traductions des mots… En allemand ! En effet, Klett est une maison d’édition allemande…

Les ouvrages bilingues, eux, offrent des oeuvres avec une page en anglais et sa traduction en français sur la page d’à côté.

J’ai essayé et je le déconseillerais. Dans mon cas, j’avais trop tendance à me concentrer sur la traduction précise et je finissais par analyser mot par mot le texte original… Au final, je perdais le but premier de l’expérience : comprendre par moi-même !

Cependant, c’est une méthode qui correspond très bien à d’autres lecteurs et elle n’est pas à mettre d’office de côté.

Pocket a plusieurs romans bilingues dans son catalogue, plusieurs classiques mais aussi des oeuvres contemporaines (notamment du Sophie Kinsella).

Folio a également une sous-catégorie de livres bilingues (dans plusieurs langues, on en trouve aussi depuis l’italien et l’allemand). Ils proposent entre autres certains classiques de Roald Dahl, qui est un auteur que je recommande chaudement pour des débuts en lecture anglaise !

En ce qui concerne ce genre d’ouvrages, je vous conseille vivement d’aller faire un tour en librairie, de fouiller les rayons du coin langues. Feuilletez les livres de différentes maisons d’édition, jetez un oeil sur quelques pages et décidez de celui qui vous convient le mieux. Choisissez également une histoire qui vous tente…  Cela peut être une bonne occasion pour découvrir un classique que vous n’auriez pas le courage de lire en version non-abrégée !

Intéressez-vous aux classiques pour enfants

image1

Winnie the Pooh, Peter Pan, Mary Poppins, Charlie and the Chocolate Factory, The Famous Five (en français, Le club des Cinq)… Je suis prête à parier qu’au moins un de ces titres vous dit quelque chose !

Les livres pour enfants, et plus particulièrement les classiques, ne sont pas à écarter d’office quand vous commencez à lire en anglais. Ils ont l’avantage d’avoir un vocabulaire plutôt simple, des phrases courtes et avec une syntaxe facile, en plus d’être en eux-mêmes très peu longs. De plus, il est toujours intéressant de lire un classique, qu’il soit écrit pour un jeune public ou non.

Les livres de Roald Dahl et la plupart de grands classiques de la littérature jeunesse font partie des livres qui ont plusieurs niveaux de lecture. On les lit et on les comprend différemment à cinq ans qu’à vingt… Un peu comme les Pixar ! Il n’y a donc absolument rien de honteux à ouvrir un livre que vous avez peut-être déjà lu à votre fils, nièce ou cousin.

Je déconseillerais néanmoins les livres pour enfants plus contemporains, qui peuvent se révéler moins intéressants. Néanmoins, si un livre plus récent vous attire et que cela vous tente de vous y attaquer, n’hésitez pas ! Personne ne vous jugera…

Puisez dans les classiques !

Souvent, quand on commence à apprendre une langue, on a tendance à rester le plus éloigné possible des grands classiques, surtout parce qu’ils paraissent un peu imposants. En effet, on ne recommanderait pas à un non-francophone de s’attaquer aux Misérables ou à Madame Bovary.

Malgré cela, certains classiques anglophones peuvent être très adaptés à des premières lectures. Je pense notamment aux Sherlock Holmes (que je suis en train de lire) ou à Animal Farm, de George Orwell, ou encore à Of Mice and Men de John Steinbeck. Ce sont des livres plutôt courts, avec un vocabulaire qui reste, la majorité du temps, accessible (avec une exception pour Of Mice and Men, qui utilise fréquemment des termes plus familiers). De plus, vous pouvez être sûrs qu’ils sont écrits avec un anglais correct. Sans oublier le côté attirant de vrais classiques qu’il est toujours bon d’ajouter à sa culture littéraire !

Il ne faut pas se laisser impressionner d’office par le fait que ce sont des «monuments» de la lecture. Certains classiques français sont également accessibles aux lecteurs moins expérimentés (L’Étranger de Camus, par exemple). Le mieux est encore de chercher un extrait sur Internet et de tenter de le lire. Si vous y arrivez sans trop de problèmes, franchissez la prochaine étape et faites l’acquisition du livre. Vous serez certainement heureux, à la fin du livre, d’être arrivé à bout de ce qui est considéré comme un livre très important et très représentatif de la langue…

N’ayez pas les yeux plus gros que le ventre…

Je sais qu’il est souvent très tentant, pour les lecteurs compulsifs, de se tourner d’office vers de gros bouquins, de viser ceux qui font plus de cent pages pour avoir un peu de challenge.

Pourtant, il vaut mieux éviter de se lancer dans une lecture trop imposante. Lire dans une langue que l’on ne maîtrise pas bien demande beaucoup plus de temps que dans sa propre langue. À titre d’exemple, je lis quasiment deux fois plus lentement en allemand qu’en français. À force d’exercice, ma lecture en anglais est devenue presque aussi rapide que celle en français, mais c’était loin d’être le cas au début.

Tout ça pour dire qu’il vaut mieux rester le plus éloigné possible des livres de plusieurs centaines de pages, du moins au début. Réussir à finir un livre est un des moments les plus gratifiants quand on apprend une langue, et ce moment peut mettre une éternité à arriver si on a été un peu trop gourmand. Cela peut s’avérer déprimant de ne pas voir la fin du livre se rapprocher, alors que, au contraire, vous arriverez rapidement à la fin et à votre victoire personnelle avec un peu moins de pages !

Piochez dans des livres dont vous connaissez déjà l’univers

Harry Potter est une des séries les plus recommandées pour ceux qui se lancent dans la lecture en anglais, et ce n’est pas que pour son vocabulaire accessible ! L’avantage de cette série, c’est que tout le monde – ou presque – connaît déjà un peu l’histoire. Soit parce qu’on en entend beaucoup parler, soit par les films ou encore par une lecture antérieure des livres en français. En bref, on connaît l’univers, on connaît la plupart des éléments les plus importants…

C’est un gros avantage pour un livre dans une langue que vous ne maîtrisez pas totalement. Connaître l’histoire et, plus globalement, l’univers, vous permettra de ne pas être totalement perdus s’il y a un «plot twist» que vous ne comprenez pas forcément bien : vous saurez de quoi il s’agit malgré tout. Ce sera donc plus facile de se concentrer sur le texte en lui-même plutôt que d’avoir peur de mal comprendre des détails très importants ou de louper un passage clé pour l’histoire.

Donc si relire des livres que vous avez déjà lus précédemment ou dont vous connaissez déjà l’histoire d’une manière ou d’une autre ne vous dérange pas, foncez ! Le mieux étant encore les livres que vous avez lus il y a plusieurs années : vous vous souviendrez de l’histoire, sans que cela vous gâche le plaisir de la redécouverte et tout en vous laissant un peu de suspens…

N’hésitez jamais à admettre que vous vous êtes trompé dans le choix du livre

Vous serez peut-être un petit peu trop ambitieux dans vos choix de livres : roman trop long, vocabulaire trop compliqué, tournures de phrases que vous avez de la peine à comprendre correctement… Cela arrive, parfois à plus d’une reprise.

Dans ce genre de cas, si vous êtes totalement perdus dès les premières pages et que ça ne s’améliore pas du tout, il est préférable de poser votre livre, de le mettre de côté pour quand vous maîtriserez un peu mieux la langue et d’aller en chercher un autre, plus simple. Il n’y a rien de honteux à être en difficulté et il vaut mieux se l’avouer que de persévérer envers et contre tout. En effet, vous acharner sur un livre qui n’est pas de votre niveau risque juste de vous bloquer et de vous dégoûter totalement. C’est compliqué de se battre à chaque page pour comprendre, de devoir chercher un mot sur deux dans le dictionnaire pour ne pas être totalement perdu dans l’intrigue…

Mieux vaut ressortir ce livre à une date ultérieure !

Utilisez un dictionnaire… Sans en abuser !

Les dictionnaires, qu’ils soient bilingues ou non (les deux ont leurs avantages), en ligne ou sur papier, sont très importants quand vous commencez à lire dans une nouvelle langue. Le mieux est d’en avoir toujours un à vos côtés, peu importe son format et de l’utiliser quand vous sentez que vous en avez besoin.

Cependant, il ne faut pas en abuser. Chercher chaque mot que vous ne comprenez pas est une mauvaise idée : il y a de forts risques que cela vous prenne une éternité et que ça finisse pour vous énerver. Avec cette méthode, vous finirez par ne plus vous intéresser au sens d’une phrase dans son intégralité, mais de  vous arrêter sur chaque mot.

Vous vous rendrez compte que, même si c’est un mot que vous ne connaissez pas, le reste de la phrase vous donnera la plupart de temps assez d’informations pour comprendre ce mot dans son contexte. Il arrive qu’un mot inconnu vous empêche de comprendre la phrase et, dans ce cas-là, c’est utile d’ouvrir le dictionnaire et de regarder sa signification. C’est aussi utile pour les mots qui reviennent régulièrement dans le livre et que vous ne connaissiez pas : vous serez au moins fixé une fois pour toutes sur ce qu’ils veulent dire, sans hésitation possible !

Pour les plus courageux, il peut être intéressant d’avoir, en plus du dictionnaire, un petit cahier ou un fichier vierge sur votre ordinateur. Pour chaque mot que vous allez regarder dans le dictionnaire et qui vous semble important, prenez le temps de le noter ainsi que sa, ou ses, traduction(s) possible(s). Ça prend un petit peu plus de temps, mais ensuite, en relisant quelques fois votre liste de vocabulaire, vous intégrerez ces différents mots plus facilement qu’en ayant juste cherché leur signification.

Persévérez…

On ne va pas se mentir, les débuts en lecture en anglais, en allemand ou encore en espagnol quand vous ne maîtrisez vraiment pas bien la langue sont pénibles, voire un peu déprimants parfois.

Mais, pour autant que le livre que vous avez choisi soit adapté à votre niveau, persévérez. Battez-vous pour un chapitre de plus, puis encore un, puis un suivant… Vous allez vite vous rendre compte que vous devrez chercher de moins en moins de mots dans le dictionnaire. Puis vous pourrez totalement le mettre de côté pour vous contenter de votre téléphone quand un mot totalement inconnu fait son apparition. Finalement, vous vous apercevrez que votre rythme de lecture est devenu plus rapide, que vous butez beaucoup moins sur la syntaxe des phrases et que des livres compliqués vous sont devenus accessibles… Moment joyeux où vous comprendrez que vous ne vous êtes pas fait mal à la tête pour rien !

Décider de lire dans une langue étrangère pour soi, sans deadline pour les cours, sans obligation, demande de la volonté, mais les progrès apparaissent rapidement pour peu que l’on persévère. Et, quelques mois ou années plus tard, vous remercierez votre «moi» passé de s’être donné la peine de continuer, quand vous pourrez lire un livre très attendu sans avoir besoin d’être patient quelques mois supplémentaires, le temps que la traduction soit terminée !

Lisez à haute et intelligible voix…

Pour peu que vous soyez dans un endroit tranquille ou que cela ne vous dérange pas d’être entendu, lisez quelques lignes, voire quelques pages, à voix haute. Même si, au début, il y a des risques que votre prononciation soit un peu hésitante, à force d’exercice (idéalement renforcé par des films et séries en versions originales, voire des discussions avec des anglophones), votre lecture sera plus fluide et votre accent un peu moins prononcé.

Lire à voix haute peut également aider à se rendre compte d’effets de style qu’on ne perçoit pas forcément lorsque l’on lit simplement «dans notre tête», voire, parfois, de petits jeux de mots.

Bien sûr, il est mieux d’éviter de lire tout le livre à haute voix – ou alors d’être équipé avec un bon stock de miel – mais quelques pages au milieu d’un chapitre, même hebdomadairement, aideront à vous faire prendre confiance en votre diction et vous vous sentirez plus à l’aise si ou lorsque vous devrez prendre parole dans cette langue !

Voilà, j’arrive au bout de ces dix conseils pour des débuts en anglais…

J’espère qu’ils auront pu vous aider d’une manière ou d’une autre voire vous motiver à la lecture ! Je le répète encore, mais prendre la peine de lire va améliorer votre niveau de langue assez rapidement et dans une grande mesure… en plus de vous permettre de ne perdre aucune blague et aucun jeu de mots de la version originale !

Bonne lecture…

3 réflexions sur “Lire en anglais

    • livroreusech dit :

      Merci 🙂
      Alors c’est une très bonne question que je suis constamment en train de me poser vu que je suis en plein dans l’intégrale…
      En fait, plus j’avance dans ma lecture et plus je me rends compte que ça dépend énormément des histoires. Parmi les plus courtes, certaines auront un vocabulaire assez spécialisé et compliqué (donc, évidemment, moins abordable), mais d’autres sont assez facilement lisibles, avec une petite dizaine de mots vraiment inaccessible. Je sais que certaines de ses  »short stories » sont proposées en leçons d’apprentissage d’anglais, donc j’ai l’impression que oui, certaines sont vraiment accessibles 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. nanabookslover dit :

    J’ai bien aimé lire tes conseils sur ce sujet. Ça fait quelques années que je lis en anglais maintenant et le « truc » de lire quelques pages à haute voix est vraiment une bonne idée, j’essayerais un de ces 4 ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s