Pars avec lui, d’Agnès Ledig

IMG_0820

Couverture de Pars avec lui d’Agnès Ledig aux éditions Pocket

Données techniques

Pars avec lui est le troisième roman d’Agnès Ledig, publié en octobre 2014. Mon édition, sortie chez Pocket la semaine passée, compte 350 pages.

Résumé

Roméo et Juliette sont deux âmes écorchées, à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Des parents toxicomanes et alcooliques pour l’un, un compagnon violent pour l’autre. Le destin fait que, après que Roméo a été gravement blessé en intervention, son chemin va croiser celui de Juliette. Une rencontre qui va leur permettre de se soutenir mutuellement lors de leurs moments les plus difficiles et importants…

 

Note

7,5/10

Le livre est empreint de la marque de fabrique d’Agnès Ledig : touchant, humain, plein d’espoir et feel good. C’est une lecture agréable et qui laisse un bon sentiment une fois la dernière page tournée. Malgré tout, j’ai trouvé certains événements trop tirés par les cheveux et il m’a manqué certains développements.

 

Mon avis

Agnès Ledig fait partie de ces auteurs dont je redoute toujours un peu de lire un nouveau livre. Parce que, après avoir lu Juste Avant le Bonheur, j’ai peur d’être déçue. C’est avec ce roman que je l’ai découverte et il m’a beaucoup touchée, tout en me faisant rire. Son style n’est peut-être pas digne des plus grands auteurs, ses intrigues parfois un peu tirées par les cheveux, certaines coïncidences un peu grosses… Mais l’humanité qu’elle instille à ses personnages, qu’ils nous transmettent à leur tour, éclipse rapidement le reste.

Une fois de plus, dans Pars avec Lui, on retrouve des personnages que la vie n’a pas épargnés, à l’âme écorchée et tellement touchants. Que ce soit Juliette, malmenée par son compagnon digne des plus grands des enfoirés ou Roméo, qui a dû grandir trop vite, sans parents capables de laisser intacte son enfance. Et puis il y a Vanessa, Guillaume, Alexandre, Malou… Un panel de personnages au passé parfois (très) compliqué qui affrontent la vie comme ils le peuvent, souvent avec courage, toujours avec détermination.

L’intrigue et les rebondissements sont à nouveau parfois un peu trop gros à mon goût, parfois un petit peu trop prévisibles même, une coïncidence poussée à son extrême – et je ne parle même pas du prénom des personnages principaux ! De temps en temps, j’ai un petit peu grincé des dents en lisant le nouveau développement (notamment l’histoire d’amour de Malou…), en voyant l’ellipse de trois ans au milieu du livre, j’ai même un peu été fâchée : je déteste les ellipses ! Je veux bien que celle-ci soit importante pour ne pas se retrouver avec un livre d’une longueur dingue, mais trois ans d’un coup ? Un petit peu trop à mon goût… Dommage !

Malgré tout, comme je le disais, le côté très humain et très «réel» de la galerie de personnages du livre rattrape cette intrigue parfois un petit peu décevante. C’est le gros côté positif de cette auteure : ses personnages sont ancrés (ou encrés ?) dans la réalité, ils ont leurs défauts, leurs failles et leurs problèmes, devant lesquels ils ne réagissent pas toujours avec la bonne attitude. Et à côté, ils ont cette humanité parfois bouleversante, cette détermination d’avancer et de se sortir de la situation dans laquelle celle qui leur a donné vie sur papier les a empêtrés. Ils ne s’en sortent pas miraculeusement, leur combat reste (la plupart du temps) réaliste et surtout, surtout, très touchant. Ils font partie de ces personnages qui transmettent l’espoir à chaque page et que l’on a très souvent envie de serrer dans nos bras. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Vanessa, la petite soeur de Roméo. Elle est moins présente que les deux protagonistes principaux, évidemment, mais c’est mon personnage préféré du livre. Une ado totalement perdue, qui n’a pas eu de parents pour lui montrer le bon exemple et qui part sur un très mauvais chemin au début du livre. On va pouvoir suivre son évolution, ainsi que celle de la relation avec son frère (tellement belle !) et son épanouissement au fil des pages. C’est probablement le personnage qui définit le mieux le terme «espoir» d’après moi… Et en plus, elle est très drôle !

La fin quant à elle est une jolie happy end comme d’habitude toute douce et qui fait du bien au moral, tout en restant dans les limites du possible de la vie. Un peu prévisible pour la majeure partie, mais malgré tout agréable à lire et pas décevante. Elle reste surtout réaliste, heureusement…

En résumé, c’est un nouveau livre très feel good, qui fait du bien au moral et à l’espoir. C’est très agréable d’avoir des personnages de fiction que l’on peut s’imaginer exister dans la «vraie vie». Il n’est, pour moi, pas au même niveau que Juste Avant le Bonheur, que j’ai trouvé plus plausible dans son intrigue et dans les relations entre ses différents personnages. Il m’a malgré tout beaucoup plu et je l’ai dévoré en 24 heures à peine ! Ça reste donc une auteure que j’aime beaucoup, bien que je ne pense pas que ce livre soit le meilleur qu’elle ait écrit…

 

Ce que je lui reproche

L’ellipse de trois ans qui a vraiment du mal à passer pour moi… Objectivement, je sais qu’elle était quasiment «obligatoire», mais j’ai toujours la vague impression que c’est une petite solution de facilité. J’aurais apprécié des ellipses peut-être plus courtes, avec un ou deux chapitres par tranche de temps pour pouvoir observer l’évolution de Roméo et Juliette !

Sinon, les grosses «coïncidences» qui étaient vraiment trop tirées par les cheveux à mon goût. Ça a un peu gâché le réalisme de l’histoire pour moi…

 

La citation

La violence dans le couple est un grand thème de ce livre, avec le compagnon détestable de Juliette. C’est un thème sensible et pas facile à aborder sans l’avoir vécu. En l’occurence, Agnès Ledig adresse des remerciements à des femmes qu’elle a pu interroger à ce sujet et on sent qu’elle ne s’est pas lancée à l’aveugle dans cette écriture. En sort cette citation…

« L’amour sans respect n’est pas l’amour. En prendre conscience et le fuir ne constitue ni un échec, ni même une défaite, mais une grande très grande victoire. »

 

Le passage

Vous l’aurez peut-être deviné lorsque j’ai parlé de mon personnage préféré : en l’occurrence, il ne s’agit pas d’un passage, mais de plusieurs. Tous les chapitres tirés de ce que Vanessa écrit dans son journal intime sont émouvants et drôles à la fois. Ils permettent également de bien suivre son évolution, ils sont plutôt rares mais son style et sa manière de penser change à chacune de ses «entrées». L’écriture typique d’une adolescente est également bien retranscrite, sans être trop cliché. Un plaisir à lire !

 

Une adaptation cinématographique ? Une suite ?

Pour le moment, ni l’un ni l’autre ne sont annoncés. La fin du livre ne donne d’ailleurs pas vraiment de place à une suite, elle a l’avantage de conclure le petit bout de chemin que l’on a suivi avec chaque personnage sans nous laisser frustrés…

En ce qui concerne le grand écran, peut-être sera-t-il un jour adapté comme Juste avant le Bonheur devrait normalement l’être prochainement ? Les actualités de l’auteure sont à suivre pour connaître la réponse !

12 réflexions sur “Pars avec lui, d’Agnès Ledig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s