The Perks of Being a Wallflower, de Stephen Chbosky

IMG_0821

La couverture de The Perks of Being a Wallflower, éditions Simon & Schuster.

Données techniques

The Perks of Being a Wallflower est un roman de Stephen Chbosky sorti en février 1999. Il a été traduit en français par Blandine Longre, tout d’abord sous le titre de Pas Raccord puis, après la sortie du film, sous le titre de Le Monde de Charlie. Mon édition est celle sortie chez Simon & Schuster et fait 230 pages.

Résumé

Dans ses lettres qu’il adresse à un inconnu, Charlie raconte sa vie et les difficultés de sa première année au lycée. Ado perdu, qui ne connaît pas l’affection des autres, sensible et que tout le monde considère comme bizarre, il reste en marge de la société en général et de ses camarades en particulier, jusqu’au jour où il s’approchera de Sam et Patrick, frère et soeur. Ces deux étudiants plus âgés que lui vont lui permettre de découvrir l’amitié mais également le forcer à affronter toutes les difficultés qu’il évitait jusque là…

 

Note

Je vais m’arrêter sur un 8/10.

J’ai énormément aimé ce livre et Charlie m’a beaucoup touchée, mais le style épistolaire me freine encore et toujours, je n’arrive pas à me plonger totalement dans un livre de ce format. Avec quelques points de vue supplémentaires, ça aurait certainement été un gros coup de coeur…

 

Mon avis

Ça faisait des semaines et des semaines que The Perks of Being a Wallflower était sur ma liste de livres à lire, sans que j’arrive à vraiment me décider. Le résumé me donnait vraiment envie mais je bloque sur la plupart des livres écrits en style épistolaire. Y a pas moyen, ils n’arrivent généralement pas à me mettre dans l’ambiance de l’histoire et à me captiver. Alors, est-ce que The Perks of Being a Wallflower a réussi à changer la donne ? Eh bien, oui et non. Il m’a captivée et j’ai eu de la peine à lâcher le livre avant d’arriver à la fin, mais le style m’a tout de même frustrée par moments.

 

Charlie, tout d’abord, est un personnage très touchant, par sa naïveté, son incapacité totale à participer et à s’intégrer, et sa joie quand la donne change enfin pour lui et qu’il découvre l’amitié – puis l’amour. Je me suis demandé tout au long du livre s’il n’était pas peut-être autiste… Le côté très naïf, renfermé dans son monde et puis sa façon d’écrire m’ont souvent donné cette impression. Malgré tout, elle reste (malheureusement) basée sur les clichés que les médias nous transmettent trop souvent, et peut-être n’est-ce qu’une conclusion trop hâtive et que ses «défauts» sont liés aux traumatismes de son enfance. J’ai surtout été très touchée par son innocence totale face à l’affection des autres. La seule personne qui lui montrait qu’elle l’aimait et qu’il était «spécial» était sa tante… Ce qui ne rendra la fin que plus déchirante, d’ailleurs ! Il est donc totalement chamboulé dès que quelqu’un le prend dans ses bras ou lui fait des compliments, un aspect de sa personnalité assez émouvant. J’ai par contre eu parfois envie de le secouer un peu, comme Sam à la fin, pour qu’il s’affirme plus et qu’il soit moins passif dans ses amitiés.

Les différents personnages qui l’accompagnent dans ses découvertes et dans son développement m’ont tous plu tels que dépeints par Charlie, à l’exception de Brad qui, il faut le dire, est un enfoiré. J’ai particulièrement apprécié Sam et Patrick, ses deux meilleurs amis (voire plus si affinités…), même si je dois avouer que j’étais très suspicieuse à leur sujet durant les premiers chapitres. J’avais l’impression que, d’une minute à l’autre, ils allaient se moquer de Charlie et lui dire que leur amitié n’était qu’une blague. Peut-être mon côté parano qui ressortait… Bill, le prof très sympathique, m’a également beaucoup plu : c’est un petit peu le prof parfait, pas encore blasé par des années de pratique et qui fait attention à ses élèves. C’est le seul à remarquer le potentiel de Charlie et à l’encourager, en plus de le soutenir !

Quant à l’histoire en elle-même, la trame de base est plutôt simple : l’entrée dans une nouvelle école et, en quelque sorte, dans une nouvelle vie et toutes les difficultés qui l’accompagnent, renforcées par le caractère très spécial de Charlie. Je pense que tout le monde, à un moment ou à un autre, peut s’identifier à un aspect de Charlie. Il vit des situations qui sont communes à tous les adolescents qui se retrouvent dans une nouvelle étape de leur vie, même si ces situations sont encore plus dures pour lui. L’aspect un petit peu «plat» de l’histoire par moment est rattrapé par la musique, toujours présente et qui a un rôle très important. Si vous pouvez écouter les chansons citées tout en lisant, faites-le !

J’en parlais, l’aspect épistolaire du roman m’a quand même frustrée. Je n’aime pas avoir un seul point de vue, je n’ai pas aimé ne pas pouvoir savoir ce que les autres pensaient de Charlie. J’aurais tellement apprécié avoir quelques indications sur ce qui se passait dans la tête de Sam, de Patrick ou de la famille de Charlie ! Là, on doit se contenter de ce qu’il veut et peut nous dire, frustrant lorsqu’on souhaite en savoir plus sur ce que les autres pensent de lui.

La fin, fait rare, m’a énormément plu. J’ai trouvé les deux dernières lettres très puissantes émotionnellement parlant, et je ne m’attendais pas du tout à la révélation choc que nous fait Charlie dans la toute dernière. Cette montée en puissance de son malaise est très prenante et on a envie de pouvoir agir, d’une façon ou d’une autre, pour y mettre fin… tout en sachant qu’elle était obligatoire et inévitable.

En résumé, je pense que c’est un livre à lire pour tous les fans de YA, certes, mais également pour ceux qui ne le sont pas. C’est un roman sur l’adolescence, oui, mais qui aborde également des thèmes compliqués de façon très réfléchie et sincère. On compatit pour Charlie, on a envie de l’aider et on veut savoir ce qui fait qu’il est aussi mal dans sa vie et incapable de vivre «normalement» comme tous ses amis…

 

Ce que je lui reproche

C’est le style choisi qui le veut, et il serait certainement dommage de le changer, mais je regrette de ne pas avoir pu prendre plus de recul sur la situation de Charlie en la voyant à travers d’autres yeux que les siens. J’aurais aimé pensé comment les autres le voyaient et c’est un aspect qui m’a manqué.

 

La citation

Parfois, il y a de ces citations qui me touchent particulièrement sans que je puisse réellement expliquer pourquoi. Celle que j’ai choisie en fait partie. The Perks of Being a Wallflower est rempli de belles phrases et je pense que chacun peut trouver celle qui lui parle le plus. Pour moi, ce fut celle-ci :

« And all the books you’ve read have been read by other people. And all the songs you’ve loved have been heard by other people. And that girl that’s pretty to you is pretty to other people. And that if you looked at these facts when you were happy, you would feel great because you are describing  »unity ».

It’s like when you are excited about a girl and you see a couple holding hands, and you feel so happy for them. And other times you see the same couple, and they make you so mad. Ans all you want is to always feel happy for them because you know that if you do, then it means that you’re happy, too. »

 

Le passage (/!\ Spoilers /!\)

L’avant-dernière lettre, celle qui précède l’épilogue. C’est la «descente aux enfers» de Charlie et elle est très prenante à lire. J’ai senti pendant tout le roman que cela risquait d’aboutir à cette situation, et j’ai été très agréablement surprise par la façon dont elle est écrite. Elle reste simple, mais une simplicité qui suffit à faire passer l’importance du moment sans fioritures pour la desservir.

 

Difficulté de lecture en version originale (anglais)

2/5

Le vocabulaire est courant, le style facile à suivre et la longueur des lettres, qui n’est pas excessive, permet une lecture pas trop compliquée. Le livre est également plutôt court (environ 200 pages) et, en règle général, se lit facilement !

 

Une adaptation cinématographique ? Une suite ?

L’adaptation cinématographique du livre est sorti en 2012, sous le même titre en anglais, Le Monde de Charlie en français (le livre a été renommé après la sortie du film). Stephen Chbosky est à la réalisation, avec Logan Lerman dans le rôle de Charlie, Emma Watson dans celui de Sam et Ezra Miller pour interpréter Patrick. Le film a une note de 8/10 sur IMDb.

A priori, aucune suite pour le livre n’est prévue…

12 réflexions sur “The Perks of Being a Wallflower, de Stephen Chbosky

  1. cinemathequedeclelia dit :

    Je n’ai pas lu le livre mais vu le film et il est vraiment très bien 😉 Ta critique me donne d’ailleurs envie de le revoir et de le lire, même si, comme toi, le style épistolaire peut vite m’ennuyer (quelques lettres, ça va, mais tout un roman, c’est long je trouve).

    J'aime

    • livroreusech dit :

      C’est pas le premier roman que je lis avec un style épistolaire, mais vraiment, je peux pas, j’aime pas ! Je sais pas, il manque un petit truc pour moi dans ce style, même si le style de l’auteur est génial, ça me convient pas.
      J’adorerais avoir des petits bouts de l’histoire des yeux des autres personnages, savoir s’ils sont sincères ou pas…

      J'aime

  2. leslecturesdemaguy dit :

    C’est un très beau livre, moi justement j’ai trouvé que le style épistolaire donnait un bon angle au bouquin. Un style particulier, pour un personnage si particulier. Et puis sa façon d’écrire si atypique, il se perd parfois dans le court de ses pensés et saute du coq à l’âne, j’aime beaucoup. L’adaptation est très réussi, franchement si tu ne l’as pas vu, fonce!

    J'aime

    • livroreusech dit :

      Il lui donne un bon angle, mais c’est un angle que je n’aime pas 😛
      Non plus sérieusement, je suis d’accord que le livre n’aurait pas eu le même impact avec un autre style 🙂
      Je prévois de regarder l’adaptation ces prochains jours, je me réjouis !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s