Crash & Burn, de Lisa Gardner

510l-amY2xL

Couverture de Crash & Burn, aux éditions Headline. Image tirée du site d’Amazon.

Données techniques

Crash & Burn est un roman de Lisa Gardner sorti en 2015. Il n’est pour le moment pas disponible en français… L’exemplaire que j’ai emprunté est sorti aux éditions Headline et fait un peu moins de 400 pages.

Résumé

Quand Nicky Frank se réveille à l’hôpital, victime d’un accident de voiture, tout ce à quoi elle pense se résume en un prénom : Vero. Mais son mari, présent à ses côtés, lui assure que cette fille n’existe pas. Les policiers à la recherche vaine de Vero confirment cette affirmation. Mais alors pourquoi ne peut-elle pas se sortir cette petite fille de la tête ? Qui est vraiment Vero et pourquoi tant de mystères semblent entourer la vie de Nicky ?

Note

7.5/10 !

Ce n’est pas mon roman phare de l’année, mais c’est une très bonne surprise. J’ai été captivée par une intrigue intéressante sans être trop compliquée, des personnages crédibles, avec leurs qualités et leurs défauts, et une fin qui évite l’effet «soufflé qui retombe». Une auteure à découvrir…

Mon avis

Si on ne compte pas The Green Milej’avais un peu délaissé les thrillers et autres romans policiers depuis plusieurs mois… C’est un genre que j’aime bien, mais je ne sais jamais lequel choisir et je me lasse très vite, ce qui fait que j’ai tendance à le laisser un peu de côté. Quand j’ai vu Crash & Burn, mis en avant par ma bibliothèque, j’ai donc hésité un moment, mais la curiosité a pris le dessus. Je ne connaissais pas du tout l’auteure, Lisa Gardner, donc c’était une surprise totale pour moi. J’ai découvert après coup que le livre était le troisième tome d’une série sur Tessa Leoni (un des personnages) mais je peux vous le dire d’office : il se lit sans problème même sans avoir lu les deux tomes précédents. Il y a juste quelques détails sur l’affaire «Tessa Leoni» qui sont du coup un peu flous… Et qui m’ont encore plus donné envie de lire d’autres livres de Lisa Gardner, pour combler mes lacunes !

Vous l’aurez compris, Crash & Burn est une jolie découverte, peut-être pas la découverte de l’année, mais je ne suis pas mécontente d’avoir tenté ma chance. Là où je trouve les thrillers et romans policiers parfois un peu trop linéaires (un crime/problème, une solution qui n’est pas la bonne, un éclair de génie, la fin), ce livre apporte de nouveaux rebondissements à quasiment chaque chapitre, sans que cela ne devienne too much. Un exemple tout simple : j’étais très heureuse d’avoir enfin réussi à dénouer un mystère avant que les personnages principaux ne le fassent… pour finalement découvrir que non, c’était juste un problème de plus. Il faut donc que je travaille encore mes talents d’enquêtrice.

Même si l’intrigue n’est, au fond, pas simple (Nicky Frank a vraiment beaucoup de problèmes) et que les fausses pistes et les nouvelles découvertes s’enchaînent, on ne se sent pas totalement perdus dans l’histoire. Évidemment, on est dans le flou, comme le sont les inspecteurs et même Nicky, mais «être dans le flou» est bien loin de «ne plus rien comprendre» heureusement ! J’ai trouvé le déroulement toujours clair et pourtant il est facile de me perdre dans des romans policiers étant donné que j’ai tendance à passer totalement à côté des gros indices qui sont glissés dans les différentes histoires et que je ne comprends donc pas comment les protagonistes ont pu résoudre une affaire en apparence très compliquée (et c’est pour ça que je suis en études de traduction et pas en formation pour devenir policière…). Certes, parfois certains éléments de l’intrigue sont un peu gros, mais c’est aussi ce qui fait le charme d’une oeuvre fictive…

De plus, les différents personnages, que ce soit Nicky, Tessa, l’inspecteur Wyatt Foster ou Thomas, ont tous une personnalité à laquelle on peut réagir. Ce que je veux dire par là, c’est que j’aime pouvoir aimer, détester ou douter des différents protagonistes d’un thriller et que, parfois, je trouve que certains manquent d’un passé et d’une personnalité crédibles et solides. Pour Crash & Burn, ce n’est pas le cas, on sent que les personnages ont été travaillés. L’aspect psychologique de Nicky est également très intéressant et très bien développé, ce qui n’a pas dû être d’une grande facilité vu son passé, son traumatisme et les trois commotions qui s’y ajoutent.

Finalement, chose très importante dans un thriller, le suspens est très bien maintenu et il faut attendre les toutes dernières pages pour avoir la solution complète, sans qu’elle ne déçoive. Tout au long du livre, je sentais que quelque chose ne tournait vraiment pas rond, les rebondissements m’ont tenue en haleine et j’avais donc des attentes plutôt grosses par rapport au dénouement. Heureusement, il a été à la hauteur sans être totalement improbable. Bon point pour la fin, donc !

En résumé, c’est une bonne petite découverte, une très bonne surprise pour un livre emprunté sans véritable conviction. Il m’a vraiment donné envie de m’attaquer à une autre oeuvre de l’auteure pour savoir si je serais tout aussi convaincue. Et il m’a réconciliée avec le thriller !

La citation

Citation très perturbante qui revient à intervalles réguliers dans le livre… Personnellement, je me suis demandée pendant la grande majorité du texte ce qu’elle voulait dire, avant de comprendre juste avant que cela soit expliqué clairement. Elle prend toute son importance à ce moment-là, une importance qu’elle n’a certainement pas hors contexte, mais c’est celle qui m’a le plus marquée…

«Vero wants to fly…»

Mais qui est Vero ? Et pourquoi veut-elle voler ? Ah ah, mystère…

Le passage

C’est un peu bateau de dire ça, mais c’est le déroulement final, les révélations de Thomas et la mémoire de Nicky qui se débloque finalement. J’ai trouvé le moment très bien écrit : le lecteur arrive à deviner quelques lignes auparavant que cela soit dit ce qui va se passer. Comme c’est la plupart du temps plutôt horrible, on se dit qu’on doit se tromper… et puis non !

Difficulté de lecture en version originale (anglais)

2.5/5

Le livre est plutôt accessible pour les amateurs d’anglais, avec des chapitres qui ne sont pas interminables et assez de suspens pour motiver à continuer la lecture. Le vocabulaire, la plupart du temps, reste assez commun et le style n’est pas trop compliqué. Un bon choix pour les apprentis anglophones fans de thrillers, donc.

 

Une adaptation cinématographique ? Une suite ?

Ni l’un ni l’autre d’annoncé pour le moment !

Néanmoins, Crash & Burn est le troisième roman d’une série sur Tessa Leoni. Le premier tome, Love You More est disponible en français sous le titre Preuves d’Amour et le deuxième, Touch & Go l’est également, sous le titre Une Famille Parfaite (tous les deux ont été traduits en français par Cécile Deniard). Peut-être que d’autres romans viendront compléter cette série…

 

2 réflexions sur “Crash & Burn, de Lisa Gardner

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s