Boy Meets Boy, de David Levithan

71nDtEAkj7L

La couverture de Boy Meets Boy, aux éditions Knopf.

Données techniques

Boy Meets Boy, publié en septembre 2003, est le premier roman de David Levithan. Il est disponible aux éditions Knopf et fait environ 200 pages.

 

Résumé

Boy Meets Boy raconte l’histoire de Paul, un adolescent vivant dans une ville très gay-friendly. Pendant quelques semaines, on va suivre sa vie et notamment sa rencontre et le développement de sa relation avec Noah, un nouvel élève dans son lycée pas comme les autres. Quand leur relation sera brutalement mise à l’épreuve, Paul fera tout ce qui est en son pouvoir pour réparer ce qu’il a causé, tout en devant gérer l’exubérance d’Infinite Darlene, la quarterback transsexuelle, un ex un peu insistant et une amitié qui se détériore…

Note

6/10 !

C’est une lecture très sympathique et qui met du baume au coeur. Je l’aurais certainement beaucoup plus appréciée si j’avais su un minimum à quoi m’attendre, ce qui n’était pas le cas. C’est principalement une romance, style littéraire que j’ai tendance à éviter, heureusement pour moi agrémentée de personnages très attachants et de quelques éléments d’intrigue un peu plus «réalistes» et «dramatiques».

Mon avis

Boy Meets Boy fait partie de ces livres qui traînent depuis des mois sur ma liseuse sans que je n’arrive à décider de me lancer. Finalement, dans le cadre du challenge de Madmoizelle (qui demandait de lire un livre à la couverture bleue), je me suis lancée sans avoir aucune idée de l’intrigue ! Je savais juste, vu le titre et le fait que je suis très perspicace, qu’il y aurait au moins un personnage homosexuel. Verdict ? J’en suis ressortie un peu sur ma faim.

D’un côté, il y a les points positifs. Les personnages, premièrement, qui ont tous une personnalité et un passé touchants. Le narrateur, Paul, est très attachant, sûr de lui sans trop l’être, toujours dispo pour les autres, je l’ai trouvé vraiment sympathique et appréciable. J’ai également adoré le personnage de Tony, mais j’y reviendrai plus tard dans les aspects négatifs… Le seul personnage qui m’a un peu laissé un goût amer en bouche est Joni, qui m’a paru un poil trop superficielle, malheureusement.

J’ai également beaucoup aimé les relations existantes ou qui se nouent entre les différents protagonistes. Les couples, bien sûr (je suis totalement sous le charme de Paul/Noah), mais aussi les différentes amitiés (là, point fort pour Paul/Tony) qui sont mises à l’épreuve ou qui se créent. Bien sûr, cela reste une fiction qui est un peu (beaucoup ?) idéalisée, mais j’ai trouvé que le développement des principales relations était très crédible, pas trop précipitée mais pas trop lente et à la traîne pour bien ennuyer le lecteur. Pour un livre dont l’intrigue se fonde essentiellement sur la création d’histoires d’amour, c’est évidemment un point très important…

Et pour compléter les points positifs, je rajouterais le style de l’auteur, David Levithan, que j’avais découvert dans Love Is The Higher Law (racontant les événements du 11 septembre et ce qui a suivi du point de vue de trois adolescents, dont un qui est homosexuel) et que j’avais immédiatement apprécié. C’est frais, il y a suffisamment de descriptions mais pas trop pour que cela devienne ennuyant, j’aime la personnalité qu’il insuffle à chacun de ses personnages… Enfin, en bref, c’est un style que j’aime énormément et qui remplit tous les critères de ce que je recherche dans les livres de cette catégorie. Il ne m’a donc pas déçue dans Boy Meets Boy, j’y ai retrouvé tout ce qui m’avait fait tomber sous le charme dans Love is the Higher Law.

Passons aux points négatifs maintenant. Je l’ai dit, je n’avais strictement aucune idée du genre d’histoire dans lequel je me plongeais. L’idée que je m’étais faite d’une intrigue assez compliquée, d’homophobie présente et de difficultés à surmonter était donc basée sur du néant… Mais j’ai du coup été très surprise par ce que j’ai lu. Je comprends ce que David Levithan a voulu faire : créer une ville (pour le moment utopique) dans laquelle l’homosexualité est acceptée, où croiser des transsexuels ne cause aucune réaction, même dans un lycée, et où la communauté LGBT+ est très bien représentée et intégrée. Dans ce sens là, c’est réussi, car le petit coin de paradis de tolérance qu’il a créé donne très envie d’y emménager… Par contre, en m’attendant à quelque chose de plus réaliste, j’ai été très déstabilisée et je me suis un peu sentie frustrée à la fin, il me manquait un petit quelque chose en plus. C’est certainement pour cela que le personnage de Tony est celui qui m’a le plus plu : c’est le seul qui affronte des difficultés par rapport à son orientation sexuelle (qui n’est pas acceptée par ses parents, très religieux). En fait, c’est très certainement mon côté amateur de drame et un peu frustré par les romances trop simples qui m’a influencée… Je m’attendais simplement à voir un peu plus de «challenges» dans ce roman. Conseil à moi-même, donc : la prochaine fois, lire le résumé pour ne pas avoir de fausses attentes !

Le deuxième point négatif, qui est plus personnel, est que j’ai trouvé le livre trop court à mon goût. En règle générale, j’ai un peu de peine avec les livres courts, il me manque du développement, et celui-ci n’a pas dérogé à la règle. J’aurais aimé un petit plus d’éléments et quelques chapitres supplémentaires…

La citation

Évidemment, ce livre parle beaucoup de tolérance, d’accepter les gens tels qu’ils sont et de ne pas tenter d’influencer leur vie d’une manière ou d’une autre. Cette citation, transmettant parfaitement la tolérance exprimée dans le livre, est celle qui m’a le plus marquée…

« Part of love is letting a person be who they want to be »

Le passage

C’est plus qu’un passage, ça se rapproche plus d’un quart du livre, mais c’est le quart qui m’a le plus fait sourire et m’a le plus attendrie (Paul doit être un petit copain génial, qu’on se le dise !). C’est celui où il se rend compte qu’il va devoir agir pour récupérer Noah, et pas seulement parler avec lui. Il décide alors de lui montrer son amour par des moyens très bien trouvés et très touchants. J’ai particulièrement aimé l’idée des listes de mots qui lui plaisaient le plus !

Difficulté de lecture en version originale (anglais)

1,5/5

Je l’ai trouvé vraiment très facile à lire et avec un vocabulaire pas très large (ce qui n’enlève rien à son charme, bien sûr). Les chapitres sont courts, l’histoire pas compliquée à suivre et la longueur du livre en elle-même n’est pas trop décourageante. Un bon choix pour les débutants !

 

Une adaptation cinématographique ? Une suite ?

Ni l’un ni l’autre ! Il existe un court-métrage du même nom, mais il n’a rien à voir le roman. Côté suite, il n’y en a pas d’officielle, mais David Levithan a écrit de nombreux autres livres, dont plusieurs comportent des personnages homosexuels. Je conseille fortement de jeter un coup d’oeil à sa bibliographie que, personnellement, je trouve très intéressante.

2 réflexions sur “Boy Meets Boy, de David Levithan

  1. lecturesdunejeunefille dit :

    Je suis soulagée d’avoir lu ton article! J’ai cette envie de lire ce livre depuis un bon moment mais la langue me faisais peur. Je le recois dans peu de temps grace à une amie et de savoir qu’il n’est pas si difficile à lire m’encourage à le dévoré!
    Merci beaucoup pour cet article! xx

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s