It, de Stephen King (Ça)

FullSizeRender-2

Couverture de It, aux éditions Signet Novels

Données techniques

It est un roman de Stephen King sorti en 1986 (il aura en fait fallu plus de quatre ans à l’auteur pour l’écrire). Il a été traduit en français par William Desmond sous le titre Ça et est notamment disponible aux éditions Le Livre de Poche (attention, c’est en deux tomes !). Mon exemplaire, aux éditions Signet Novel, fait presque 1’100 pages.

Résumé

Derry, petite ville du Maine, a un des taux de violence les plus élevés du pays. Si vous parlez à ses plus vieux citoyens, peut-être mentionneront-ils des histoires terribles, entre meurtres de masse et disparitions d’enfants… Peut-être même se souviendront-ils d’un étrange clown, au sourire sanguinolent et aux pompons orange… Si, par chance, vous tombez sur Bill et ses six amis, la bande des Losers, peut-être mentionneront-ils des lépreux, loups-garous et autres oiseaux monstrueux…

Alors, prêts à découvrir ce qui se cache sous toutes ces terrifiantes histoires ?

Note

10/10 !

It, c’est un livre qui demande de s’investir presque à chaque page, et qui demande du courage rien que pour le commencer, à cause de son épaisseur et de son sujet. Par contre, une fois dedans, je n’ai rien regretté : les événements s’enchaînent avec une facilité et une créativité étonnantes, Pennywise nous hérisse les poils à chaque occasion, et les personnages sont tous touchants et très crédibles, formant un groupe auquel on ne peut que s’attacher… et pour lequel on sue beaucoup !

Mon avis

Ça fait déjà quelques mois (voire années, le temps passe vite) que je me suis lancée à la découverte de Stephen King. J’avance lentement, mais malgré ça, j’ai déjà lu une dizaine de ses livres. Parmi eux, Shining (évidemment), Carrie ou encore Dome. Mais It, une de ses oeuvres les plus connues et les plus appréciées (et/ou haïes) me faisait toujours un peu peur. De par sa taille déjà (mon exemplaire fait 1’100 pages… et croyez-moi, c’est écrit petit), mais aussi par les critiques que j’avais lues, qui disaient que le livre s’éparpillait un peu et était définitivement trop long pour ce qu’il était. Finalement, le sujet en lui-même me faisait peur. Un clown tueur. Quelle horreur. Mais finalement, je me suis lancée et, après un mois à peu près, j’ai tourné la dernière page !

Alors, clairement, c’est un monument de l’horreur, mais on ne peut décemment pas réduire It à un simple livre d’horreur. C’est aussi un monument d’imagination, de créativité et, j’imagine, d’ordre très précis dans les notes de King pour que tout se recoupe. Et c’est aussi, très important, une ode à l’enfance et à l’amitié, deux thèmes principaux pour ce monstrueux bouquin.

Bien sûr, l’horreur n’est pas en reste. Pour tout vous dire, je suis désormais traumatisée à vie des clowns, bien sûr, mais aussi des biscuits chinois, ou fortune cookies. C’est mort, je n’en mange plus jamais. Bref, Stephen King réussit avec brio à nous faire passer dans un monde où toutes les plus grandes peurs de nos protagonistes se matérialisent et où même un symbole du rire et de l’enfance devient terrifiant. Certains passages sont vraiment creepy à souhait (en règle générale, dès que Pennywise ouvre la bouche ou laisse un message quelconque, les orteils se recroquevillent parce que ce truc est terrifiant), effet encore renforcé par l’aspect un peu nostalgique et « dépassé » du livre, qui a tout de même été écrit dans les années 80.

Côté suspens… eh bien, je vous adresse à l’énorme coup de soleil sur mon épaule, preuve que non, je ne pouvais définitivement pas lâcher mon livre à un moment crucial. Pas de souci à avoir, le bouquin est très très prenant… tout du moins, la plupart du temps. Comme la plupart des livres de King, certains passages sont très détaillés et on se demande un peu à quoi ils servent. En ce qui me concerne, ce n’est pas un problème, je suis fan de sa plume et ça ne me dérange donc pas, mais pour ceux qui préfèrent les romans d’horreur percutants et toujours pleins d’action, je peux bien comprendre qu’il y avait certains chapitres (ou sous-chapitres, ou sous-sous-chapitres, ce livre est un labyrinthe) « en trop ».

Ce qui m’impressionne encore et encore dans les grands classiques de King, c’est tout l’univers qu’il met en place. Est-ce que tout ça sort vraiment de son esprit, ou est-ce qu’il a accès à des données que nous simples mortels ne voyons pas ? Cela restera un mystère. Ce qui est sûr, c’est que l’historique qu’il pose de la ville de Derry est impressionnant, que le passé de chaque personnage et sa personnalité sont  totalement crédibles, et que le lien qui unit les sept enfants est si bien raconté qu’on veut désespérément faire partie de leur club (enfin, sans le danger de mourir, bien évidemment). Au final, on suit tous ces protagonistes dans un décor et une vie totalement crédibles, ce qui ajoute encore à l’horreur de ce qu’ils vivent.

Au final, It, c’est plus de 1’000 pages de frissons, de cris à peine retenus, de détails criants de vérité, de personnages crédibles à souhait et très émouvants, d’un club de Losers auquel on s’attache en moins de deux… Je rejoins sans aucune hésitation le club de ceux qui pensent que c’est un monument de la littérature. Si l’épaisseur du livre ne vous décourage pas, n’hésitez même pas une seule seconde et plongez dans l’histoire de Derry… Enfin, si vous l’osez !

Difficulté de lecture en version originale (anglais)

4,5/5

Si vous voulez lire du King en version originale, ce qui est une très bonne initiative, mais que votre anglais est encore hésitant, clairement, fuyez It. Entre termes un peu techniques, longs chapitres, livre dont on semble ne pas voir la fin, même si le suspens est présent et vous aidera à crocher, ce n’est pas le meilleur choix. Allez plutôt jeter un oeil à Carrie ou encore The Long Walk

La citation

Au final, qu’est-ce qui est le plus représentatif de ce livre, la terreur qu’inspire Pennywise ou la beauté de l’amitié entre nos sept héros ? Une chose est sûre, la beauté de l’amitié est plus facile à retranscrire en citations que les frissons que cause Pennywise (souvent, c’est plutôt toute la situation qui fait peur). Vous l’aurez compris, c’est une citation sur l’amitié qui a retenu mon attention…

« Maybe there aren’t any such things as good friends or bad friends – maybe there are just friends, people who stand by you when you’re hurt and who help you feel not so lonely. Maybe they’re always worth being scared for, and hoping for, and living for. Maybe worth dying for too, if that’s what has to be. No good friends. No bad friends. Only people you want, need to be with; people who build their houses in your heart. »

Une adaptation cinématographique ? Une suite ?

S’il y a des lecteurs de mon blog qui sont de la génération 80-début 90, ils pourront très certainement répondre à la question de l’adaptation. Oui il en existe une et, apparemment, elle a traumatisé des centaines d’enfants. Il s’agit en fait d’un téléfilm, diffusé en deux parties au début des années 90, sous le titre It en version originale et « Il » est revenu en français. Tim Curry est devenu Pennywise, alias le clown le plus détesté du monde.

Récemment, il a été annoncé qu’un remake de It verrait bientôt le jour ! Cette fois sous forme de film, avec Andrés Muschietti à la réalisation, en deux parties. Le livre sera adapté afin que l’histoire ait lieu de nos jours. La première partie sortirait apparemment en 2017 et je peux déjà vous dire qu’on ne me verra pas en salle de cinéma, je tiens bien trop à ma vie pour ça !

Pas de suite par contre, apparemment, même Stephen King est trop effrayé par Pennywise pour se replonger dans son univers…

4 réflexions sur “It, de Stephen King (Ça)

  1. dreamingwithboooks dit :

    C’est un livre que j’aimerais découvrir mais le clown me fait trop peur!! xD
    Déjà je ne les aime pas particulièrement, mais en faire un personnage d’horreur me terrifie ^^ Après je dois avouer que ta chroniquer donne vraiment envie de le lire, peut-être que je me laisserais tenter un de ces jours 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s