La Bibliothèque des Coeurs Cabossés, de Katarina Bivald

71y06vyptwl

La Bibliothèque des Coeurs Cabossés, de Katarina Bivald, aux éditions Denoël. Image tirée d’Amazon.

Données techniques

La Bibliothèque des Coeurs Cabossés est le premier roman de Katarina Bivald. Il a été traduit du suédois par Carine Bruy. Ma version, sorti aux éditions J’ai Lu en mai 2016, fait un peu plus de 500 pages.

Résumé

À son arrivée à Broken Wheel, dans l’Iowa, Sara, une jeune Suédoise, se réjouit de rencontrer Amy, femme âgée avec qui elle correspond depuis plusieurs mois. Sauf qu’il y a un problème de taille : Amy est décédée. Sara se retrouve alors seule dans une petite ville inconnue, entourée d’habitants qui vont bien heureusement rapidement s’attacher à elle…

Note

4/10

Je n’ai malheureusement pas du tout croché. Humour lourd, répétitions, j’ai été totalement perdue par une intrigue un peu floue qui ne m’a pas du tout charmée, et les personnages que j’ai trouvés insipides n’ont pas aidé à rattraper le coup. Bref, ce n’est pas du tout un coup de coeur pour moi !

Mon avis

Ce livre m’a laissée totalement perplexe. Et plus je lis les avis (majoritairement positifs) sur Babelio, plus je suis perplexe. Est-ce que j’étais dans le mauvais état d’esprit pour cette lecture ? Est-ce que le charme de cette librairie et sa propriétaire m’ont totalement échappé ? Est-ce que j’ai tout simplement trop d’a priori sur ce genre de best-sellers feel good, qui ont souvent tendance à me laisser de marbre ?

Aucune idée. Ce que je sais par contre, c’est que, plus j’en lisais de La Bibliothèque des Coeurs Cabossés, plus je me demandais où ça allait et pourquoi diable je continuais. J’ai eu un sentiment bizarre, une impression un peu étrange, comme si l’auteure elle-même ne savait pas trop où elle en allait. Comme si elle tournait en rond pendant des dizaines de pages pour dire quelque chose qui aurait pu tenir en trois. Comme si faire avancer l’histoire était compliqué, la rendre vraiment claire encore plus, et me permettre de m’attacher à ses personnages était mission impossible (à quelques exceptions près, je vais être honnête quand même).

J’ai trouvé Sara insipide. On ne sait rien d’elle, ou presque : sa famille est une présence fantomatique, absence que, désolée, je ne trouve pas excusée par « ma soeur est mieux que moi, alors ils m’oublient ». Son pays d’origine ? Ses rêves ? Son ambition ? Son caractère, sa détermination ? Pas là. Même dans son histoire avec Tom, je n’ai jamais vraiment su où elle en était, tellement l’auteure m’a embrouillée. Les autres femmes du livre ? Elles m’ont tellement marquée que je m’embrouillais entre les prénoms, particulièrement entre Jen et Caroline. Même problème pour les hommes, qui ont fini par se mélanger dans ma tête en un amas indiscernable, à une exception, George, qui m’a fait fondre.

L’intrigue est franchement simple, ce qui n’est pas un problème en soi, d’autres livres avec une intrigue très simple m’ont totalement charmée. Mais là, il m’a manqué la petite étincelle en plus, la touche d’humour, d’émotions, juste de quelque chose qui m’aurait permis d’être charmée. D’ailleurs, en parlant d’humour, il y a bien des tentatives, mais… disons juste que ça n’a totalement pas marché sur moi. J’ai plutôt totalement grincé des dents dès que le sujet de l’homosexualité ou de la bisexualité était abordé… « Bisexuelle, alors qu’elle n’avait même pas vu la Gay Pride » : sérieusement, madame Bivald, sérieusement ? D’accord, j’admets volontiers que c’est un sujet sensible pour moi, j’entends et lis tellement de choses ridicules que j’ai besoin que ce soit bien traité (ce qui ne veut pas dire que je déteste quand on en rit, au contraire, j’adore quand c’est bien fait !), alors peut-être que ma réaction est un peu exagérée, mais sur le moment j’ai dû reposer le livre pour prendre une bouffée d’air.

Je ne vais pas trop m’attarder sur le style, car chacun aime ce qu’il veut. Je vais juste noter qu’à mon goût, il y avait beaucoup trop de phrases trop courtes et creuses, de répétitions, de  longueurs, qui ont toutes contribué au fait que je ne pouvais pas lire plus d’un chapitre de suite sans bâiller à m’en décrocher la mâchoire. Je l’ai rapidement dit plus haut, mais je le répète : j’étais perdue dans ce livre, je n’ai jamais trouvé qu’un évènement qui allait suivre était annoncé « clairement » (l’intervention de la loi par exemple, au final c’est très flou et mal traité) et la fin m’a embrouillée aussi : que va-t-il vraiment advenir de Sara ?

Et je finis ma critique avec une question qui me perturbe depuis que j’ai tourné la dernière page du livre : pourquoi est-ce que le titre parle d’une bibliothèque alors que l’histoire, elle, tourne autour d’une librairie ?

La citation

C’est un livre qui parle de livres, alors choisir une citation qui parle d’autre chose n’aurait pas de sens (bon, d’accord, en plus aucune autre ne m’a marquée en bien, donc ça limite le choix). Alors une petite phrase pour vous, amis lecteurs, qui parlera sûrement bien à mes collègues blogueurs et blogueuses !

« Quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? »

Une adaptation cinématographique ? Une suite ?

Ni l’un ni l’autre ! Par contre, le deuxième roman de Katarina Bivald, Le jour où Anita envoya tout balader, est récemment sorti aux éditions Denoël.

2 réflexions sur “La Bibliothèque des Coeurs Cabossés, de Katarina Bivald

  1. dreamingwithboooks dit :

    Mince, dommage que tu n’est pas aimé … Mais je peux comprendre, c’est vrai qu’il n’y a pas réellement d’intrigue, je pense qu’il faut lire se livre sans en attendre beaucoup et se laisser porter 🙂
    Pour ma part j’ai beaucoup aimé la palette de personnage et la mise en place de la librairie dans laquelle je me serais bien vue déambulée et lire dans les gros fauteuil ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s