Le Passager, de Jean-Christophe Grangé

Voilà fort longtemps que je n’ai plus posté sur ce blog… La faute aux cours qui m’ont forcé à choisir des priorités parmi mes hobbys ! Mais avec ce semestre cauchemardesque qui touche à sa fin, l’envie m’est revenue de vous partager mes lectures estivales.

Lectures estivales qui font pourtant froid dans le dos, vu que je suis dans une longue période de lecture de thrillers divers et variés ! On commence avec un classique francophone du genre : Jean-Christophe Grangé.

image1

Le Passager, de Jean-Christophe Grangé, aux éditions Le Livre de Poche

 

MickeyThriller

Genres

Thriller ; Policier

Note

4 stars

Traqueur ou traqué ? Dangereux… ou en danger ? La vie de Mathias Freire bascule quand son chemin croise celui d’un de ses patients, victime d’une fuite psychologique. En d’autres mots, un homme qui s’est créé une vie de toute pièces et a tout oublié de sa vie passée. En essayant de l’aider, Mathias Freire va plonger dans une sordide histoire de meurtres psychologiques… Qui semblent le désigner comme principal suspect.

Le résumé de ce livre est très compliqué à écrire sans dévoiler une partie essentielle de l’intrigue… et le même problème se pose pour la critique. Sur trame de pertes de mémoire, nous suivons ici le psychologue Mathias Freire, qui se retrouve dans une histoire sombre dont il n’a aucun souvenir… Mais d’ailleurs, les souvenirs qu’il pense avoir sont-ils vraiment les bons ?

Aux côtés de ce psychiatre égaré, une jeune inspectrice, Anaïs Chatelet, tente de résoudre un meurtre extrêmement violent sous fond d’histoire mythologique : un SDF retrouvé mort… et avec une tête de taureau enfoncée sur son crâne, rappelant l’histoire du Minotaure. Malheureusement pour elle, ce cas la replongera dans des souvenirs d’enfance qu’elle aurait préféré oublier, et dans le sombre passé de sa famille.

Dans un thriller de cette longueur (il culmine quand même à plus de 900 pages !), ce que je recherche principalement, c’est un suspense qui dure, pour ne pas nous faire perdre tout intérêt. Pari réussi pour ce livre ? À moitié… Le rythme est bien soutenu, et l’alternance des narrateurs permet de ne pas plonger dans l’ennui, mais la conclusion est trop lente à arriver, et trop longue. Pour preuve, j’aurai un peu lu en diagonale les dernières lignes (oups, pas bien !).

L’autre bémol, c’est l’enchaînement de faits tirés par les cheveux, et la chance de Mathias Freire qui devrait vraiment jouer au loto, tellement il a (comme on dit par chez moi), « le cul bordé de nouilles ». Alors certes, les thrillers recherchent à nous captiver et à nous fasciner, mais j’apprécie tout de même un certain réalisme dans l’enchaînement des événements. Dans ce roman, il y a à mon goût trop de hasards présents uniquement pour  faire avancer l’intrigue, et qui m’ont fait grimacer.

Des thrillers que j’ai lus ces dernières semaines, ce n’est pas mon favori, pour les deux raisons citées. Les quatre étoiles que je lui ai attribuées se traduiraient plutôt en un 7/10. Néanmoins, il exploite un thème original (celui des fuites psychologiques) que l’on n’a pas l’impression d’avoir déjà lu trente fois, et a pour mérite d’avoir une conclusion à laquelle je ne m’attendais franchement pas.

À lire si vous êtes fans de complot, et que vous aimez les (longs) thrillers qui jouent plus sur le psychologique que sur le gore.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s